En utilisant ce site, vous acceptez que les cookies soient utilisés à des fins d'analyse et de pertinence     Oui, j'accepte  Non, je souhaite en savoir plus

sécuriser

Une indépendance et une éthique au service de tous

Auditer : une expertise indépendante

L'audit externe est mis en œuvre par un organisme indépendant.

Son but est de s'assurer de la validité des informations communiquées par des entités économiques. Il s'agit donc d'un examen indépendant que CERALP, cabinet indépendant, assure régulièrement.

L'audit externe peut porter sur :

  • l'organisation du travail ;
  • la répartition des tâches et des responsabilités ;
  • le respect des procédures au sein d'une entité (audit organisationnel) ;
  • la validité des états financiers émis par une organisation (audit financier).

L’auditeur a pour rôle d’apporter un regard externe quant à la fiabilité du fonctionnement des organes de l’entreprise. Il veille aussi à la véracité des flux d’informations. Le type d’audit externe le plus répandu est l’audit des états financiers.

Méthodologie de l’audit financier :

La méthodologie de l'audit financier va s’appuyer sur une démarche générale qu’il faut ensuite adapter aux spécificités de chaque mission. Les étapes principales d’une mission sont les suivantes :

Prise de connaissance :

 Cette première étape permet à CERALP, auditeur indépendant, de prendre connaissance du contexte général de l’entreprise et d’évaluer les principaux risques. CERALP va ensuite s’appuyer sur cette prise de connaissance pour planifier et orienter sa mission.

Évaluation du contrôle interne :

 Au cours de cette deuxième étape, CERALP va mettre en œuvre une approche par les risques, ce qui évite un contrôle exhaustif. Un seuil de signification est établi, qui permet d’apprécier la gravité des anomalies éventuellement relevées.

Examen des comptes financiers :

Dans la continuité de la prise de connaissance et de l’approche par les risques, CERALP validera les assertions d’audit, à savoir : exhaustivité, réalité, propriété, correcte évaluation, séparation des exercices, correcte imputation.

Opinion et rapport :

Un audit externe donne lieu à la remise d’un rapport d’audit exprimant une opinion.

Audit Une Voie Pour La Certification ISO

 

Certifier : une signature qui a du sens

Certifier : le rôle principal d’un commissaire aux comptes

L’audit externe peut être imposé par la loi ou par certaines réglementations, dès lors il est mis en œuvre par des commissaires aux comptes professionnels.

CERALP, société de commissariat aux comptes, est alors chargée d’émettre une opinion sur la situation financière d’une institution (société – association – autre organisme) en vérifiant si elle est bien conforme aux normes comptables. Cette mission d'audit externe consiste pour le commissaire aux comptes à attester :

  • De la régularité et de la conformité des comptes annuels avec le référentiel comptable qui leur est applicable ;
  • De la sincérité des comptes.

Après un examen détaillé des comptes, un rapport est fourni à l'assemblée générale des actionnaires dans lequel CERALP a le choix d’émettre quatre opinions :

  • une certification sans réserve : il ne subsiste aucun désaccord ou les désaccords relevés ne sont pas significatifs à l’issue des vérifications effectuées ; CERALP n’a pas été limité dans ses vérifications.
  •  une certification avec réserves :CERALP a identifié des limitations ou désaccords, mais ceux-ci ne sont pas suffisants pour l’empêcher d’émettre une opinion ou remettre en cause la régularité, la sincérité, et la fidélité des comptes.
  • une impossibilité de certifier :CERALP indique que l’accumulation de limitations est trop importante et l’empêche d’émettre une opinion.
  • un refus de certification : dans ce cas, les limitations et désaccords sont tels qu’ils entachent la sincérité, la régularité et l’image fidèle des comptes.

CERALP : une signature d’un cabinet compétent et indépendant.

Une équipe stable et d’expérience, composée de spécialistes de différents secteurs économiques et aux compétences diverses, est dédiée au sein de cabinet aux missions de commissariat aux comptes.

Notre méthodologie est éprouvée et s’appuie sur une organisation et une planification rigoureuse de nos missions d’audit externe. Elle prend en compte les spécificités de chaque structure auditée.

CERALP apporte, avec sa signature, la confiance et la transparence.

 Valuer

Évaluer : une approche professionnelle

Évaluer une entreprise : une démarche essentielle

L’évaluation de parts de société est nécessaire pour justifier de la dépréciation ou de la non dépréciation de titres de participation.

L'évaluation d’entreprise est indispensable dans toutes les opérations comportant une transaction puisqu'elle contribue à la fixation du prix, condition formelle de réalisation de la transaction.

La valeur ne s’affirme pas mais se démontre.

Dans le cadre d'une transaction, l’intérêt d’une évaluation c’est de pouvoir défendre et argumenter son prix.

La valeur n’est néanmoins pas nécessairement le prix car d’autres facteurs peuvent influer sur le prix :

  • L’urgence de la transaction
  • La rareté de l’affaire
  • La pluralité ou non d’acquéreurs

Il est d'ailleurs courant que différents acteurs obtiennent des valeurs différentes pour une même entreprise, à cela plusieurs raisons :

  • les méthodes utilisées peuvent être différentes,
  • la valeur des paramètres peut varier pour une même méthode,
  • leur cadre de réflexion n’est pas toujours homogène.

Chaque acteur se forge en effet une opinion de la valeur de l'entreprise :

  • En utilisant ses propres critères, adaptés à la nature de ses choix (investissement, croissance externe, financement).
  • En ne disposant pas (toujours) du même niveau d'information.

Il n'y a pas UNE méthode de calcul de la valeur mais différentes approches qui vous donneront une fourchette de valorisation.

L'évaluation est une affaire de spécialiste : CERALP répond à cette attente.

Optimisation

Optimiser : une démarche vers l'excellence

Une démarche vers l’excellence vise à optimiser l’efficacité et la performance de l’entreprise et des femmes et les hommes qui la composent, de manière durable. C’est une démarche de progrès qui permet de mettre en phase, l’organisation, la stratégie et ses forces humaines pour garantir son développement vertueux au présent comme au futur.

Une démarche d’excellence opérationnelle porte sur les motivations précises de l’entreprise : réduction des coûts et des gaspillages, des délais, augmentation du chiffre d’affaire et de la qualité ou meilleure performance…., toujours pour satisfaire les attentes des clients au but de pérenniser l'entreprise.

Notre accompagnement vers l’excellence.

La transformation d'une organisation doit commencer par la mise en place d'un dispositif permettant la mesure des coûts et des performances actuelles.

Un besoin de transparence et d'une organisation claire.

Les coûts des fonctions support sont souvent mesurés globalement et ventilés sur les centres de coûts au prorata de règles analytiques, qui peuvent être différentes pour chaque fonction.

Cette hétérogénéité de règles arbitraires ne permet pas toujours de répondre aux besoins de transparence et de surveillance accrue des coûts, et freine la mise en place d'outils permettant de maîtriser l'efficacité de ses opérations. Une organisation claire va prévoir la mise en place de fonctions précises au sein des fonctions support, d'outils de gestion prévisionnelle de la production et du budget, et d'indicateurs de performance et de rentabilité.

Les coûts de l'entreprise deviennent alors transparents, et l’entreprise a des leviers pour mieux analyser sa rentabilité et l'optimiser.

Une logique d'amélioration continue.

La possibilité de sa comparer à l'extérieur, notamment à travers la relation client-fournisseur, pousse à chercher l'amélioration continue des coûts, des processus ou de la qualité des services rendus.

CERALP assiste l'entreprise pour une mise en place de budgets annuels, de calculs de prix unitaire de chacun des services, ainsi que des prévisions , tant côté fournisseurs que clients; et dans le même temps, des indicateurs de rentabilité et de performances afin de voir quels sont les axes d'amélioration de la structure.

Mensuellement le réalisé est comparé au budgété, et des plans d'actions sont mis en place en cas de variation trop importante.

L’optimisation de processus

L'amélioration continue d'une entreprise se construit par l'exemple. Les succès amènent les succès.

L'optimisation des processus de développement  est donc devenue un sujet majeur dans bon nombre d'entreprises. Atteindre des objectifs long terme nécessite de mettre en place une démarche par étapes, et de commencer par isoler les gains les plus rapidement réalisables.

La nécessité de faire des gains rapides.

Afin de rentrer dans une logique d'amélioration continue, il est important de générer rapidement des gains tangibles et visibles par tous les acteurs.

Cette approche dans laquelle les gains réalisés servent d'exemples pour réaliser les suivants, permet d'assurer la participation de l'ensemble des acteurs à l'effort de transformation, tout en maintenant un climat de confiance et de transparence..

Productivité et profitabilité.

Ecouter la voix du client pour trouver des leviers d'augmentation des ventes ou chercher continuellement à optimiser ses coûts est une étape primordiale vers la maximisation du profit et la recherche d'excellence. 

Les projets d'optimisation de structures ou de processus, permettent de gagner en productivité, et ont forcément un impact sur les coûts.

S'il est essentiel d'optimiser ses infrastructures, ses processus, ses ressources humaines, il est également important de chercher l'optimisation des facteurs externes générant du profit : les fournisseurs et les clients.

  • Optimiser sa politique Achats, ou son dispositif de gestion de la relation client sont autant de leviers à explorer.
  • Combiner les approches internes et externes permet de bâtir une stratégie complète et efficace.
  • Augmenter ses marges et ses profits ne se fait pas uniquement en augmentant son chiffre d'affaires. Mieux vendre, mais aussi mieux acheter, et optimiser ses ressources internes sont autant de leviers permettant de maximiser son profit.

L'approche qualité

L'étape ultime d'un dispositif d'excellence opérationnelle est le positionnement du client au centre de tous les processus de l'entreprise et la réduction maximale des erreurs.

Aller plus loin dans l'optimisation.

Les premières étapes d'un plan d'excellence opérationnelle visent à maîtriser ses coûts, apporter plus de transparence en interne, éradiquer les gaspillages et chercher des nouveaux leviers de profitabilité.

Une fois ces premières étapes terminées, l'entreprise est plus performante, plus à l'écoute du client, et une culture d'amélioration continue s'est mise en place. La seconde étape consiste à rendre l'entreprise centrée sur le client, avec un niveau de service proche de la perfection grâce à la réduction de la variation et du risque d'erreurs dans les processus métiers.

Il est primordial in fine de mettre l'accent sur la satisfaction client, qui est l'objectif de l'entreprise.

 Excellece2